6. Les activites médicales spécifiques – les activités non médicales

Le candidat MG limite ses activités médicales aux tâches de formation liées à l’exécution du plan de stage.  Sont considérées, de manière limitative, comme activités médicales spécifiques :

  • les activités dans des centres de transfusion sanguine,
  • les activités des agences locales de l’Office de la Naissance et de l’Enfance,
  • les activités des centres de soins de santé préventifs,
  • les activités des centres de planning familial,
  • la collaboration à la recherche scientifique concernant :
    • la médecine générale,
    • les soins de santé de première ligne dans des centres universitaires de médecine générale
    • les soins de santés dans le cadre d’un projet d’association scientifique de médecins généralistes.

Ces activités organisées dans la pratique de formation appartiennent au véritable stage de pratique et font donc partie du plan de stage compris dans les 38 à 48h par semaine.  Pour ces activités spécifiques, il n’est pas prévu de rémunération complémentaire.  Elles ne peuvent dépasser 12 heures par semaine. Le Maître de Stage responsable supervise l’activité.  Il peut partager cette tâche de façon explicite avec un autre médecin compétent dans cette activité spécifique.

Des activités médicales accessoires autres ne sont pas autorisées et ne peuvent donc générer d’autres revenus supplémentaires pour le candidat MG. Eventuellement, il est possible de combiner le statut « sui generis » comme candidat MG avec un statut d’indépendant à titre complémentaire pour des activités non médicales. En d’autres termes, si le candidat MG exerce une profession accessoire comme indépendant (en dehors des heures qui sont prévues pour les stages et les activités de formation), il peut la combiner avec le statut « sui generis ».